A propos C. Siatka

Directeur général, généticien

le Programme AGESIAR à Monestiés

Monestiés. Le crime en atelier

Publié le , mis à jour par la Dépèche du Midi

 

Dans le cadre du festival Lisle Noir, un atelier de criminalistique se tiendra mercredi 15 septembre, de 15h à 17h, à la salle Jean Jaurès de la Mairie. Il s’inscrit dans le projet labellisé AGESIAR (Ateliers de Génétique, Environnement, Santé, Intelligence Artificielle, Robotique en Occitanie) soutenu financièrement par la région Occitanie, L’Europe s’engage en Occitanie et l’Union Européenne. Il sera animé par Christian Siatka de l’Ecole de L’ADN en collaboration avec le FabLab de Carmaux*. Il aura pour sujet l’analyse d’une trace biologique sur une scène de crime (tests ADN) et il sera prolongé, de 18h à 19h, par la conférence “Les dernières techniques criminalistique en pratique judicaire” donnée par Christian Siatka, généticien, professeur associé à l’Université de Nîmes et directeur général de l’Ecole de l’ADN de Nîmes. Pour l’anecdote il lui arrive d’être le conseiller d’un auteur de polar. L’atelier est gratuit, ouvert aux plus de 11 ans, uniquement sur inscription préalable au 06 23 95 21 55 ; tout le matériel est fourni sur place.*Le FabLab est un lieu de création, de découverte, de partage et d’échange autour des arts et technologies numériques. Cet atelier communautaire est ouvert à tout public et plusieurs machines sont à disposition comme l’imprimante 3D, la découpeuse/graveuse laser, avec accès à Internet.

l’Ecole de l’ADN anime des ateliers Scientifiques de génétique à l’occasion du Congrès National des CEMEA à Poitiers

Le 12ème congrès des CEMEA  du 21 au 24 août 2021 à Poitiers
Samedi 21 août 2021 à Poitiers

Le collectif vu par trois générations d’éducateurs·et d’éducatrices

On a vu apparaître l’individualisation des parcours, éducatifs ou professionnels. On a fait des projets individuels, des accompagnements. Que reste-t-il du collectif ?

Il semblerait qu’il menace l’individu, son épanouissement, sa singularité. À fuir donc. Pourtant les pédagogues, les psychologues, les philosophes nous disent que c’est dans le collectif que se développe l’individu et qu’il apprend par et avec les autres.

Des éducateur·ice·s témoignent de ces jeunes logés dans des chambres individuelles et qui préféreraient être à plusieurs et ne pas se retrouver devant cette solitude angoissante quand vient l’heure de dormir.

Pour les animateur·ice et les formateur·ice·s, le groupe est vital à certaines activités et à la vie quotidienne. Trente jeunes ensemble donnent de belles occasions de grands jeux. Nous avons besoin du nombre ! Celui qui permet à l’individu d’exister.

Le collectif fait aussi protection. C’est dans ce sens qu’il évolue, du grand au petit, selon que l’on souhaite de la distance ou de la proximité, de la masse ou du volume.

Ce collectif, c’est la solidarité, le soutien, la force, la créativité, la rencontre avec l’autre et un cadre sécurisant, réassurant pour ceux qui font le choix de s’y mettre en retrait, d’y être anonyme.

Qui a dit que collectif et épanouissement s’opposaient ? Bien sûr, il faut quelques conditions pour que ce collectif soit émancipateur : l’avoir choisi, qu’il s’agisse d’un collectif en évolution aussi.

Parce que nous évoluons, notre place dans le collectif doit évoluer aussi et tenir compte de la société, ses publics, ses politiques publiques. Un collectif idéal serait en mouvement perpétuel, garant de la transmission, d’une tradition peut-être, de valeurs certainement, à interpréter à l’aube de demain.

L’ecole de l’ADN de Nîmes représentée par Gilles Guillon et Christian Siatka, est présente et anime un atelier sur

“la Science pour lutter contre le racisme et  les discriminations”

Un projet associatif en évolution, un mouvement en action.

Mouvement d’éducation nouvelle et association d’Education Populaire, reconnue d’utilité publique, les Cemea interviennent principalement dans le domaine de l’éducation, de la culture, de l’animation, de la santé et de l’action sociale. Présents dans le champ de l’éducation depuis 1937, ils regroupent des personnes engagées dans des pratiques autour des valeurs et des principes de l’Éducation Nouvelle et des méthodes d’éducation active. Ils agissent par la formation et par l’action directe pour contribuer à la transformation des milieux et des institutions.

Dans une société qui génère encore beaucoup d’inégalités, d’exclusions, une société où l’éducation au vivre-ensemble est plus que jamais nécessaire, le projet des Cemea est particulièrement contemporain. Porté et mis en œuvre, en Hexagone et dans les territoires ultramarins, par son réseau de militant∙e∙s, il s’enrichit en permanence, notamment lors des grands rassemblements de ses membres.

Poitiers accueillera du 21 au 24 août 2021 le congrès national des Cemea, rassemblant les militant∙e∙s en présentiel ET distanciel autour de 109 projets d’actions d’éducation nouvelle, avec pour slogan :

« éduquer, émanciper, agir les solidarités »

800 militant∙e∙s de France métropolitaine, d’outre-mer mais aussi d’autres pays d’Europe et du Monde sont attendus. Des chercheurs dans le champ de l’éducation viendront les rejoindre pour partager la réflexion pendant ces 3 jours alternant conférences, débats, échanges et pratiques d’activités.

Deux thématiques principales seront mises au travail pour enrichir le projet associatif du mouvement :

Mettre l’éducation au cœur de la transition écologique et de l’avenir de la planète

Être citoyen dans une société du numérique

« Notre société française souffre d’un déficit d’acculturation scientifique majeur »

“L’anthropologue Katia Andreetti et le député Philippe Berta préconisent, dans une tribune au « Monde », le lancement d’« états généraux de la culture scientifique et technique », pour mieux lutter contre le complotisme et mettre la science à portée de tous.”

 

« Notre société française souffre d’un déficit d’acculturation scientifique majeur

Tribune le Monde du 14 aout 2021, Publié hier à 02h47, mis à jour hier à 07h10 

Tribune. Collective, intersectorielle et intergénérationnelle, la crise sanitaire a marqué de son sceau l’histoire mondiale. Science, santé et technologie se sont imposées comme pierres angulaires de la protection des populations et des équilibres démocratiques. Matière à penser, à conceptualiser et à rationaliser le futur, l’ébullition scientifique générée par le Covid est une avancée majeure que les pouvoirs publics doivent accompagner afin d’en faire l’une des matrices de nos politiques publiques de demain.

Le lancement d’un plan d’investissement de près de 7 milliards d’euros par le président de la République en marque les prémices. La capacité de notre recherche biomédicale, la souveraineté industrielle et sanitaire, l’investissement renforcé, l’équité d’accès aux soins, l’impulsion stratégique de l’innovation en santé confirment que d’innovantes trajectoires se dessinent. Il est temps que nos politiques en prennent conscience !

Anticiper les situations futures

Les sciences sont plurielles et mobilisent des méthodologies spécifiques et interdépendantes, des technologies de pointe, des professionnels qualifiés, des écosystèmes de recherche et exigent des investissements stratégiques audacieux. Face à la célérité de la recherche et des mutations sociales, un grand nombre de nos lois sont, de facto, juridiquement caduques, en témoigne la révision de la loi de bioéthique qui, pour ses aspects scientifiques, est loin du tempo imposé par le rythme des découvertes scientifiques. A contrario, si les avancées entrevues par la loi de programmation pluriannuelle de la recherche sont une première esquisse, elles impliquent d’aller plus loin. Politique et science doivent coordonner leurs temporalités dans des réalités sociétales : un défi pour les décideurs politiques, une nécessité pour renforcer la connaissance scientifique de tous.

Suite de l’article sur “www.lemonde.fr”

Homage à Axel Kahn

 

« Souriant et apaisé, je vous dis au revoir », écrivait-il à ses amis le 21 mai sur sa page Facebook. Atteint d’un cancer, affronté avec lucidité, Axel Kahn s’est éteint le 6 juillet 2021. Craignant de se fourvoyer vers les grandes écoles et voulant se différencier de ses frères, il était venu à la médecine par élimination. Docteur en médecine, spécialiste en hématologie, il exerça à l’hôpital Beaujon jusqu’en 1992. Passionné par la recherche, Axel Kahn est recruté à l’Inserm en 1974, d’abord en tant que chargé de recherche, puis  en tant que directeur de recherche en 1978. Il se fit connaître pour ses travaux de recherche réalisés au sein de l’institut de pathologie moléculaire à l’hôpital Cochin. Ses nombreux articles, plus de 450 parus dans des revues scientifiques de premier plan, ont porté sur des thèmes très divers allant de la génétique à la biologie moléculaire et la biochimie. En 2020, Axel Kahn devint le premier directeur du l’Institut Cochin.

De 1992 à 2004, il fut membre du comité consultatif national d’éthique où il se déclara notamment hostile au clonage thérapeutique, à la brevetabilité des gènes à la théorie du réductionnisme génétique. Axel Kahn aimait débattre et n’hésitait pas à prendre régulièrement position pour exprimer ses avis. Il aimait à vulgariser ses connaissances scientifiques. Il le faisait toujours au service du savoir, qu’il soit scientifique, médical ou éthique. De 1988 à 1997, il fut chargé auprès du ministère de l’Agriculture d’évaluer les risques liés à l’utilisation des plantes génétiquement modifiées.

Ateliers SCITREX 2 en Aveyron, au Lycée Général Ferdinand Foch – RODEZ

Le Lycée Général et des Métiers Ferdinand Foch à Rodez dans l’Aveyron

accueille

l’Ecole de l’ADN pour réaliser des ateliers du

programme SCITREX 2

Stéphane S. avec son laboratoire de génétique médicale portable, va réaliser des ateliers de diagnostic génétique. Il va ainsi illustrer auprès des élèves de 1er, comment sont pratiqués techniquement les analyses génétiques.

Une excellente opportunité pour expliquer entre autre le principe des tests PCR du COVID-19 et comment sont identifiés les variants du SARS-CoV-2.

WEBINAR « La PCR quantitative au service de la qualité de l’eau »

« La PCR quantitative au service de la qualité de l’eau » qui débutera dans 1 heure le :

mar. 06 avr. 2021 15:00 – 16:00 CEST

Ajouter au calendrier: Calendrier Outlook® | Calendrier Google™ | iCal®

Merci d’envoyer vos questions, commentaires et impressions à : webinar@avantorsciences.com

Voici comment rejoindre le webinaire :

1. Cliquez sur le lien puis rejoignez le webinaire à la date et à l’heure indiquées :

Rejoindre le webinaire

Remarque : ne partagez pas ce lien avec d’autres utilisateurs, il vous a été spécialement attribué.

Avant de rejoindre une session, vérifiez la configuration système requise pour éviter tout problème de connexion.

2. Choisissez l’une des options audio suivantes :

POUR UTILISER L’AUDIO DE VOTRE ORDINATEUR :
Vous serez connecté au système audio par l’intermédiaire du microphone et des haut-parleurs de votre ordinateur (VoIP) lorsque le webinaire démarrera. L’utilisation d’un casque est recommandée.

–OU–

POUR UTILISER VOTRE TÉLÉPHONE :
Si vous préférez utiliser votre téléphone, sélectionnez « Utiliser le téléphone » après avoir rejoint le webinaire et composez l’un des numéros ci-dessous.
Royaume-Uni : +44 330 221 9914
Code d’accès : 630-150-372
Code PIN audio : affiché après avoir rejoint le webinaire
Appelez-vous depuis un autre pays ?

Identifiant du webinaire : 872-346-939

webinaire « Les stratégies de génome editing avec CRISPR/Cas : nouvelle édition »

Voici comment rejoindre le webinaire :

1. Cliquez sur le lien puis rejoignez le webinaire à la date et à l’heure indiquées :

Rejoindre le webinaire

Remarque : ne partagez pas ce lien avec d’autres utilisateurs, il vous a été spécialement attribué.

Avant de rejoindre une session, vérifiez la configuration système requise pour éviter tout problème de connexion.

2. Choisissez l’une des options audio suivantes :

POUR UTILISER L’AUDIO DE VOTRE ORDINATEUR :
Vous serez connecté au système audio par l’intermédiaire du microphone et des haut-parleurs de votre ordinateur (VoIP) lorsque le webinaire démarrera. L’utilisation d’un casque est recommandée.

–OU–

POUR UTILISER VOTRE TÉLÉPHONE :
Si vous préférez utiliser votre téléphone, sélectionnez « Utiliser le téléphone » après avoir rejoint le webinaire et composez l’un des numéros ci-dessous.
Royaume-Uni : +44 330 221 9922
Code d’accès : 995-706-648
Code PIN audio : affiché après avoir rejoint le webinaire
Appelez-vous depuis un autre pays ?

Identifiant du webinaire : 162-467-555

Merci d’envoyer vos questions, commentaires et impressions à : webinar@avantorsciences.com

Semaine du Cerveau 2021 sur Nîmes

                

23e édition du 15 au 21 mars 2021

par Valérie Compan (Pr des Universités, Université de Nîmes, BRAINS’Laboratory_LSCO, BRAINS’Laboratory S.A.S.)
Conférence (en ligne), le 17 mars 2021 | 17h30-18h30
Université de Nîmes Site des Carmes, Place Gabriel Péri, Nîmes, France
Comment le cerveau maintient-il une décision inappropriée de ne pas manger, comme de consommer des drogues (e.g. cannabis, ecstasie, cocaïne) au point de mourir, alors qu’il a évolué pour survivre en favorisant une conduite alimentaire adaptée et adaptative? Ce mystère constitue un défi vital pour mieux connaître les bases neurales de décisions inappropriées (vraisemblablement en appui d’anomalies de la plasticité neuronale :inconscience) ; et, pour faciliter l’identification de solutions thérapeutiques. Nos études portent sur deux structures du cerveau (noyau accumbens, cortex préfrontal) et impliquées dans une décision guidée par l’attente de récompenses et, visent à identifier des causes de l’addiction aux drogues et d’autres dépendances comme l’anorexie. En utilisant des techniques modernes, de nouveaux modèles animaux, nous illustrerons comment les dépendances modifient jusqu’à la morphologie des neurones du système de la récompense.

 

par le Dr Fabrice Guillaume (PR en Psychologie, Université d’Aix-Marseille)
Conférence (en ligne), le 19 mars 2021 | 17h30-18h30
Université de Nîmes Site des Carmes, Place Gabriel Péri, Nîmes, France

Cette petite psychologie du souvenir visera à préciser le fonctionnement de notre mémoire et les mécanismes d’accès aux souvenirs. Les recherches de ces trente dernières années ont permis des avancées considérables dans notre compréhension des faux souvenirs, de l’oubli ou du déjà-vu. Nous aborderons l’importance de ces découvertes dans le cadre des fonctionnements atypiques comme les états de stress post-traumatique, l’hypermnésie ou la dépression

 

Pour plus d’informations

patrizia.giannoni@unimes.fr

https://www.facebook.com/unimesfr/

Participer à la réunion Zoom

https://zoom.us/j/5466678229?pwd=RTVFdC9BTmdiZTcyaTBYREY5NEE2Zz09